Espionnage de mails Yahoo : L’Union Européenne reste sceptique sur les explications des Américains

Home / Blog / Espionnage de mails Yahoo : L’Union Européenne reste sceptique sur les explications des Américains

Après l’histoire du piratage massif de quelques 500 millions de comptes Yahoo en septembre dernier, Yahoo ! fait actuellement l’objet d’une nouvelle accusation d’espionnage. Selon le rapport d’une enquête réalisée par l’agence Reuters, appuyé par les témoignages de deux ex-employés de Yahoo ! l’entreprise aurait conçu en 2015, un logiciel espion dédié à surveiller en temps réel les informations échangées à travers les centaines de millions de mails de ses abonnés. Une action apparemment dirigée par les services de renseignement américains dont le FBI ou la NSA. Le même rapport indique que Yahoo ! a procédé à une modification des modalités de filtrage des spams dans les boîtes mails de ses utilisateurs, en quête d’une quelconque information liée à un complot terroriste. Des accusations que les américains nient d’abord en bloc dans un premier temps, avant d’apporter quelques explications « tardives » et « non fondées ».

Le scepticisme face à l’affaire Yahoo !

vera-jourova

C’est ainsi que la commissaire européenne à la Justice, aux consommateurs et à l’égalité des genres, Verra Jourovà, qualifie les explications fournies par les américains au sujet de l’espionnage des mails sur Yahoo ! Faut-il alors rappelé que Yahoo ! a attendu près de trois mois avant de donner une suite à la requête de la Commission européenne. Au micro de Reuters, Verra Jourovà d’annoncer :

« Je ne suis pas satisfaite parce qu’à mes yeux, les éléments communiqués par Yahoo sont arrivés relativement tardivement et s’avèrent assez généraux…Ce n’est pas ainsi que nous comprenons ce qu’est un bon, rapide et complet échange d’informations ».

Tout en admettant que les Etats-Unis ont tout à fait le droit d’être évasifs dans ses réponses lorsqu’il est question d’un sujet relatif à la sécurité nationale, la commissaire estime que les utilisateurs de Yahoo ! ont aussi le droit d’obtenir des explications claires sur un sujet qui concerne davantage leur vie privée.

Une surveillance mondiale du webespionnage-web

Vera Jourovà souligne en outre que le problème peut facilement s’étendre vers le nouvel accord Privacy Shield. Ce système encadre les échanges de données privées entre l’Europe et les Etats-Unis, en remplacement au Safe Harbor que la Cour de justice de l’UE a rejeté en octobre 2015. Yahoo ! continue ainsi toujours à effectuer une analyse automatique du contenu des boîtes mails de ses utilisateurs à leur insu. Il est vrai que la plateforme n’est pas la seule concernée puisque la NSA a lancé depuis 2008 un programme permettant également de surveiller les contenus échangés sur Facebook, Google, Apple et Microsoft.

Cette situation éclaire ainsi les internautes sur les promesses « frauduleuses » des géants du web quant au renforcement de la protection des données confidentielles des utilisateurs en ligne. Si bien que même les plus belles solutions de sécurisation des données privées sur Internet, proposées par les ingénieurs en informatique sont souvent recalées. De son côté, l’Union Européenne décide de mener une enquête visant à découvrir si le logiciel espion utilisé par Yahoo ! en 2015 surveillait aussi les mails des internautes européens. Dans quel cas, le portail américain est passible de sanctions sévères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *